Hausaufgabenhilfe : Ergebnis einer Feldforschung

Ateliers « parents-enfants-devoirs »

Le Projet fait partie des recherches-actions menées par ka KAP.  Il vise à développer une méthodologie dans l’objectif d’aider les parents à accompagner leurs enfants dans leur parcours scolaire. Le projet a été mené lors de la 1ère phase dans une section francophone d’une école primaire, mais pourra être étendu vers d’autres sections, si le souhait existe. Ci-après, le lecteur trouvera quelques éléments d’informations. Un rapport complet de la recherche-action se trouve en annexe sous format PDF.

 

Types de demandes

L’animatrice a fait face à 3 types de demandes :

  • une demande de soutien dans la réalisation des devoirs de la part de parents d’enfants scolarisés en section francophone (demande correspondant à l’essence même du projet),
  • une demande de soutien dans la réalisation des devoirs en français deuxième langue de la part de parents d’enfants scolarisés en section germanophone,
  • une demande de parents dans l’accompagnement de leur(s) enfant(s) en situation de difficulté d’apprentissage.

 

Besoins rencontrés

L’animatrice a

  • accompagné les parents dans la réalisation des devoirs en donnant des informations ou des explications sur des aspects concrets, en donnant des techniques spécifiques et des conseils sur comment préparer une dictée, en expliquant un devoir dont la consigne n’avait pas été comprise par le parent, etc.
  • informé les parents sur ce qui était attendu par l’école, comme par exemple : signer le journal de classe quotidiennement, vérifier la farde « Informations » régulièrement, lire et signer les documents qui s’y trouvent, signer les contrôles et veiller à ce que l’enfant les corrige, etc.
  • répondu aux différentes questions des parents et accompagné les parents dans leur rôle de soutien à leur(s) enfant(s) en les encourageant par exemple à donner des feed-back aux enfants : les féliciter en cas de réussite, les encourager dans les difficultés, montrer qu’ils n’étaient pas satisfaits lorsque les résultats n’étaient pas bons, etc.
  • conseillé les parents sur l’organisation à adopter lorsque l’on a plusieurs enfants scolarisés en primaire à accompagner ;
  • répondu aux interrogations de certains parents sur les difficultés de leur enfant présentant un trouble dys-.(dyslexien dyscalculie, …)

L’atelier a également été un endroit neutre avec présence d’une tierce personne ce qui a eu pour effet de diminuer  les conflits liés aux devoirs entre certains parents et enfants.

 

Quelques réactions par rapport au projet

du point de vue des parents

Ce projet a répondu à leurs besoins et leurs attentes, l’accompagnement proposé était tout à fait satisfaisant. A la question « quel aménagement serait nécessaire pour améliorer le projet ? » ils répondent qu’il serait intéressant d’augmenter le nombre d’ateliers par semaine (quatre par semaine), de diminuer le nombre de personnes présentes en même temps à l’atelier, et d’offrir ces ateliers à plus de personnes (en ayant une animatrice supplémentaire).

 

du point de vue des enseignants et de la directrice

Les enseignants ont observé une amélioration des résultats scolaires de certains élèves et une augmentation de la confiance en eux. Selon eux, grâce à l’atelier, les enfants prennent conscience que leurs parents ont des compétences et sont en mesure de les soutenir, ce qui les rend fiers. Les enseignants ont également observé une meilleure communication avec les parents. Toute l’équipe est unanime : ce projet a tout à fait sa place dans une école.

 

point de vue de l’animatrice

L’animatrice a pu observer des changements dans les interactions parent-enfant :

  • des mamans au départ en retrait, plutôt observatrices ont peu à peu pris leur place et sont devenues actrices dans le suivi de leur(s) enfant(s),
  • les enfants qui avaient tendance à interpeller l’animatrice ont commencé à interpeller leur parent.
  • l’utilisation d’outils présentés lors des ateliers: dictionnaire, Bescherelle, applications sur smartphone, etc. (certains ont même fait l’acquisition d’un dictionnaire ou d’un Bescherelle pour en avoir à la maison) ;
  • l’augmentation de la confiance en soi des parents ;
  • l’augmentation des efforts fournis par les enfants dans la réalisation de leurs devoirs (surtout chez les plus grands) ;
  • la naissance d’interaction et d’entraide entre les parents.

Le facteur temps est important dans ce type de projet : il faut du temps pour que la confiance s’installe, du temps pour que chacun puisse prendre sa place, du temps pour permettre une évolution et voir naître les changements. Le rôle de l’animatrice est important mais elle doit veiller à être à la bonne place. Trouver le juste milieu… elle doit être présente mais en même temps donner leur place aux parents, s’effacer au fur et à mesure que les besoins des parents diminuent.

À suivre pendant l’année scolaire 2019-2020

Mit der Unterstützung


KOMMENTIEREN